Juin 2020
Consulter toutes les activités
dim lun mar mer jeu ven sam
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30

Les Nouvelles

Confirmation du dynamisme régional en développement durable Confirmation du dynamisme régional en développement durable 21 avril 2014
Drummondville, le 21 avril 2014 – La Table régionale en développement durable (TRDD) est heureuse d’annoncer les résultats du projet « Vision développement durable Centre-du-Québec » visant à intégrer un processus d’amélioration continue en développement durable dans les pratiques d’affaires des organisations de la région. Cordonniers bien chaussés La première étape des intervenants de la région a été de s’assurer que tous partageaient bien la même définition de « développement durable ». Une Charte régionale en développement durable a été signée et 13 organisations socio-économiques ont participé à un atelier de travail personnalisé donné par une consultante en développement durable, Marie-Josée Roy. L’expérience des organismes membres de la TRDD a permis d’émettre des recommandations au gouvernement sur les meilleures stratégies facilitant le transfert d’expertise vers les entreprises de la région. De plus, une campagne de sensibilisation a été mise en place durant l’année afin de bien faire comprendre tous les enjeux. À propos de la TRDD La majorité des intervenants socio-économiques du Centre-du-Québec font partie de la Table régionale en développement durable : Biosphère du Lac St-Pierre, Chambre de commerce et d’industrie de Drummond, Chambre de commerce et d’industrie du Coeur-du-Québec, Chambre de commerce et d’industrie Bois-Francs, CLD Nicolet-Yamaska, CLD Victoriaville et sa région, CLD Érable, CLD Drummond, Comité régional d’économie sociale, Commissariat au commerce de Drummondville, Conférence régionale des élus, Conseil de développement culturel, Conseil régional de l’environnement, Corporation de développement durable, Ministère Finances et économie, SADC Nicolet Bécancour, SADC Arthabaska-Érable et Tourisme Centre-du-Québec. Partenaires du projet Ce projet est rendu possible grâce à la participation du ministère des Finances et de l’Économie, de la Conférence régionale des élus du Centre-du-Québec, de la Fondation Alcoa et de Transcontinental. L’aide financière accordée par le ministère des Finances et de l’Économie provient du Programme d’appui au développement des secteurs stratégiques et des créneaux d’excellence. L’objectif du programme est de mobiliser et concerter l’action des entreprises et des différents partenaires économiques du Ministère autour d’objectifs et de modes d’intervention communs pour favoriser le développement de secteurs stratégiques et le développement des créneaux d’excellence. La Conférence régionale des élus du Centre-du-Québec a contribué financièrement à la réalisation du projet grâce au Fonds de développement régional dont elle assume la gestion. Pour plus d’information, il est possible de consulter le site web du projet : www.visiondd.com
Une région motivée pour l’amélioration de la qualité de l’eau Une région motivée pour l’amélioration de la qualité de l’eau 4 avril 2014
Drummondville, 4 avril 2014 – Le Conseil régional de l’environnement du Centre-du-Québec (CRECQ) et les organismes de bassins versants du Centre-du-Québec (COPERNIC, GROBEC et COGESAF) ont organisé une Journée d’information sur l’eau qui a eu lieu le 26 mars 2014 à la Place 4213 de Victoriaville. 126 participants, la plupart provenant du milieu municipal, étaient présents à cette journée de conférences. L’objectif de cette journée de conférences était d’informer et d’outiller le monde municipal sur les nouvelles initiatives de gestion de l’eau qui ont cours présentement au Centre-du-Québec et ailleurs dans la province, et qui ont des retombées considérables d’un point de vue économique, environnemental et social. Cette journée s’adressait aux élus (maires, conseillers, préfets), aux gestionnaires municipaux (directeurs généraux, aménagistes, urbanistes, etc.), aux intervenants de première ligne (inspecteurs, techniciens en environnement, gestionnaires des cours d’eau), ainsi qu’à tout autre acteur ayant un rapport avec l’eau et sa bonne gestion. Cliquez ici pour accéder au programme de la journée ainsi qu'aux présentations des conférenciers. Les organisateurs de l’événement tiennent à remercier les partenaires de l’événement, qui sont : le Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Les Services exp. Et le Groupe Hémisphères.
Plaidoyer en faveur du maintien et de la bonification de la consigne Plaidoyer en faveur du maintien et de la bonification de la consigne 1 avril 2014
Drummondville, 31 mars 2014 – Le Conseil régional de l’environnement du Centre-du-Québec (CRECQ) estime que le futur du système de consignation au Québec est présentement incertain. Dans ce contexte, l’organisme croit important de réitérer publiquement son soutien au maintien de la consigne. À l’heure actuelle, différents lobbys militent en faveur de l'abolition du système public de consignation pour les contenants à remplissage unique de bière et de boissons gazeuses. Le gouvernement du Québec a accepté de mener une étude comparative sur les systèmes de collecte sélective et de consignation, afin d’identifier le meilleur scénario pour la récupération de bouteilles dans la province. « Être performant, ce n’est pas choisir un système au détriment de l’autre, c’est plutôt de se donner tous les leviers nécessaires pour maximiser la quantité et la qualité de la matière récupérée » affirme Gilles Brochu, président du CRECQ. Pourquoi la consigne au Québec? La consigne permet d’atteindre des taux de récupération inégalés; La consigne contribue à hausser la qualité et la valeur des matières récupérées; La consigne permet une traçabilité détaillée de la récupération des contenants; La consigne est une application du principe de responsabilité élargie des producteurs et du principe de pollueur-payeur; La consigne ne coûte rien aux contribuables puisque le système s’autofinance; La consigne est une source de financement complémentaire pour de nombreux groupes et organismes communautaires. En ce sens, le CRECQ adhère parfaitement à la vision de Pro-Consigne Québec, un regroupement composé d'organismes environnementaux, de compagnies, d'associations, de syndicats ou encore de municipalités qui ont à coeur le maintien et la bonification des systèmes de consigne publique et privée au Québec. Pour plus d’information sur les avantages de la consigne, vous pouvez consulter le site de Pro-consigne Québec : 
Des propriétaires conservent leurs « sangs froids » - Protection de la tortue des bois et de la salamandre pourpre au Centre-du-Québec Des propriétaires conservent leurs « sangs froids » - Protection de la tortue des bois et de la salamandre pourpre au Centre-du-Québec 14 mars 2014
Drummondville, 14 mars 2014 – Au cours des derniers mois, le Conseil régional de l’environnement du Centre-du-Québec (CRECQ) a rencontré 24 propriétaires fonciers et plus de huit (8) copropriétaires ou associés, pour les sensibiliser à la protection de l’habitat de la tortue des bois ou de la salamandre pourpre qui se retrouve sur leur propriété. Ces rencontres qui s’inscrivent dans le cadre du projet de conservation volontaire de l’habitat de la tortue des bois et de la salamandre pourpre au Centre-du-Québec se sont avérées fructueuses puisque 20 propriétaires se sont engagés moralement à favoriser une saine cohabitation avec ces espèces fauniques à statut précaire. Grâce aux nombreux projets de conservation volontaire du CRECQ depuis 2005, plus de 170 propriétaires fonciers du Centre-du-Québec tiennent maintenant compte des espèces fauniques et floristiques à statut précaire présentes sur leur terrain. Le projet en cours touche certains secteurs des municipalités de Saint-Ferdinand (MRC de L’Érable), Chesterville et Chester-Est (MRC d’Arthabaska) où se retrouve l’habitat de la salamandre pourpre, et Saint-Lucien (MRC de Drummond) où subsiste une population de tortue des bois. Notons que la tortue des bois et la salamandre pourpre sont deux animaux à sang froid qui figurent sur la liste des espèces vulnérables au Québec. De plus, la tortue des bois est inscrite en tant qu’espèce menacée à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril du Canada et la salamandre pourpre y figure également sous le statut d’espèce préoccupante. Ces espèces tolèrent mal les impacts des activités humaines sur leur habitat et constituent ainsi de véritables indicateurs de la qualité des milieux naturels qu’elles habitent. En d’autres mots, en protégeant l’habitat de la tortue des bois et de la salamandre pourpre, on contribue à la protection des autres espèces fauniques qui en dépendent et au maintien de la qualité de nos cours d’eau. Le projet du CRECQ a été réalisé avec l’appui financier du gouvernement du Canada, agissant par l’entremise du ministère fédéral de l’Environnement, et de la Fondation de la faune du Québec. Le secteur Faune du ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) a également apporté une contribution scientifique et technique très importante dans le projet.
Stratégie nationale de mobilité durable:  Des signaux encourageants et… de nombreux défis à venir! Stratégie nationale de mobilité durable: Des signaux encourageants et… de nombreux défis à venir! 17 février 2014
Drummondville, 13 février 2014 – Le Conseil régional de l’environnement du Centre-du-Québec (CRECQ) accueille avec satisfaction la nouvelle Stratégie nationale de mobilité durable présentée le lundi 10 février dernier par le ministre des Transports, des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, Sylvain Gaudreau. « Une des mesures les plus importantes pour notre région dans cette stratégie consiste à rendre obligatoire l’intégration de la mobilité durable dans la planification intégrée de l’aménagement du territoire par les MRC. Cette mesure devrait permettre, entre autres, de mieux contrôler l’étalement urbain et de favoriser une meilleure diversité des fonctions urbaines, tout cela dans le but de limiter les distances à parcourir et diminuer la dépendance à l’automobile », affirme Gilles Brochu, président du CRECQ. Une place importante est également accordée aux services de transport collectif en y transférant près d’un milliard de dollars du budget normalement dédié au transport routier. Le gouvernement envoie ainsi un message clair : le financement des infrastructures routières, et de l’étalement urbain qui en résulte souvent, ne doit plus se faire au détriment du développement des transports collectifs. La nouvelle Stratégie place la barre très haute en visant une augmentation de 30% de l’offre en transport collectif d’ici 2020, mais les moyens pour y arriver devront être définis dans le cadre d’un vaste chantier sur le financement des transports collectifs qui sera lancé prochainement. Rappelons qu’au Québec, le transport accapare plus du tiers de la consommation totale d’énergie et représente près de 44% des émissions totales de GES. Notre dépendance au pétrole est attribuable, pour une large part, au transport. Le secteur des transports a d’ailleurs été ciblé comme prioritaire par l’ensemble des intervenants consultés dans le cadre du projet Par notre PROPRE énergie en 2013. Bien que la Stratégie n’accorde pas, selon le CRECQ, une place suffisante aux transports actifs (vélo, marche), au covoiturage et aux changements de comportement des citoyens, elle  permet de dresser la table en vue d’orienter les futures actions pour diminuer la dépendance au pétrole dans notre région.
Tournée des entreprises du bois au Centre-du-Québec Tournée des entreprises du bois au Centre-du-Québec 13 février 2014
Drummondville, 13 février 2014 –  Le Conseil régional de l’environnement du Centre-du-Québec (CRECQ) annonce officiellement la tenue d’une tournée d’information et de sensibilisation des entreprises du secteur manufacturier du bois. Ce projet vise, entre autres, à maximiser la valeur des résidus de bois générés par ces entreprises au Centre-du-Québec. Le CRECQ s’est associé au CFER Normand-Maurice pour assurer la mise en œuvre du projet. Le plan d’action vise à rejoindre au moins la moitié des entreprises du secteur manufacturier du bois du Centre-du-Québec tout en couvrant les 5 MRC. Les rencontres en entreprise serviront à sensibiliser à la gestion du bois résiduel ainsi qu’à réaliser une collecte de données sur la ressource (quantité, qualité, etc.) et la gestion de ces résidus. David Verville du CFER Normand-Maurice explique : « Nous nous inspirons du succès obtenu auprès de l’entreprise Produits VBR en 2012 afin de pousser plus loin l’idée de tirer le maximum de nos résidus de bois au Centre-du-Québec. » C’est pourquoi les informations obtenues lors des visites serviront à analyser les possibilités d’amélioration de la gestion du bois résiduel en région (mutualisation des services, débouchés à valeur ajoutée, etc.). Les entreprises visitées pourront ainsi bénéficier de conseils ciblés pour améliorer leurs pratiques. Le projet bénéficie de l’appui de partenaires tels que le créneau ACCORD Meuble et bois ouvré Centre-du-Québec et EQMBO-Entreprises, le centre de recherche intégré à l’École nationale du meuble et du bois ouvré.Les entreprises intéressées à participer sont invitées à visiter la page Internet du projet au www.cfernormandmaurice.ca. Finalement, il est important de mentionner que ce projet est rendu possible grâce à la participation financière de RECYC-QUÉBEC et s’inscrit dans l'objectif gouvernemental de bannir des lieux d'élimination le bois au plus tard en 2014.